Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 21:35

 

HPIM1780.JPG

 

Vienne est un bonbon acidulé. La rondeur évidemment, celle des « bubons baroques» de la colonne de la peste érigée en 1698 sur le Graben par Johann Fischer von Erlach, rondeur de la coupole finement ciselée du pavillon Secession, œuvre maîtresse du Jugendstil. Rondeur du Ring dont on fait le tour avec la même ivresse qu’un tour de manège, rondeur de la grande roue du Prater. Une bonbon tout rond, donc, mais aussi un peu kitsch, comme les robes de Sissi. Impératrice certes belle, mais aussi mauvaise mère, très égoïste et finalement pas si sympathique, c’est du moins ce qu’on retiendra du musée qui lui est dédié dans la Hofburg et où quelques–uns des objets ayant appartenu à l’illustre épouse de François-Joseph sont exposés. Parmi eux, une curieuse presse à canard. Sissi, « people » avant l’heure, pour qui l’entretien du corps passait par quelques heures de gymnastique et l’absorption de ce curieux breuvage, du sang de canard frais. Mens sana in corpore sano ? La belle refusait qu’on diffuse des portraits d’elle passé un âge où elle ne se jugeait plus à son avantage et se complaisait dans une mélancolie qui lui fit s’épancher sur son triste sort de pauvre petite fille riche en des sonnets « romantiques » - en vérité  de pâles pastiches de Heinrich Heine. Une Sissi qui n’aura de cesse de se mettre en scène, elle qui pourtant semblait détester les mondanités, mais la ville s’y prête, regardez comme elle est théâtrale, regardez les imposantes façades du Ring, regardez l’église Saint Charles de Borromée, œuvre de Fischer von Erlach, baroque et grandiose mise en scène du pouvoir divin et temporel.

Variante du bonbon : la Mozartkugel, petite gâterie toute ronde au chocolat et massepain, un peu écœurante, que l’on retrouve dans toutes les vitrines de la ville et plus particulièrement dans celles de la Kärtnerstrasse. Ce Mozart mangé à toutes les sauces au grand plaisir de touristes japonais, on le retrouvera pour plus d’intimité au 20 de la Domgasse, derrière la cathédrale où fut célébré son mariage avec Constanze Weber.

 

Mais Vienne a aussi un goût marqué de paprika qu’on retrouve dans les Gulasch hongrois proposés sur les cartes des restaurants, à côté de l’oie rôtie aux choux rouges empruntée aux voisins polonais et des boulettes de viandes piquantes slovènes. Allez donc dîner chez Plachutta (Wollzeile 38), on y sert le plat favori de François Joseph : le Tafelspitz, bœuf bouilli proche du pot au feu servi avec une sauce au raifort. Délicieux. Fondant. Un bonbon en somme !

 

HPIM1771.JPGMais quel est le vrai goût de Vienne ? C’est incontestablement dans un café qu’il faut le chercher. On raconte qu’après le deuxième siège de Vienne en 1683, les Turcs vaincus auraient abandonné des sacs de grains de café qui devint vite le breuvage à la mode, accompagné d’une petite « viennoiserie », en forme de croissant, petit pied de nez à l’occupant musulman. Si j’aime le café Central, archi-connu et couru c’est vrai, mais ses ogives néogothiques ne pourront vous laisser de marbre, ma préférence va au café Bräunerhof, Stallburggasse 2. Un charme suranné, en sourdine quelques notes de piano que ne laisse pas deviner une devanture très quelconque. A l’intérieur, un bel espace, une lumière chaleureuse dispensée par des lampadaires en forme de boule. Les banquettes recouvertes d’une tapisserie vieillotte sont confortables, on lit son journal avec plaisir, dans le calme car les touristes vont ailleurs.  Le serveur est un grand échalas dégingandé sorti tout droit d’une nouvelle de Hoffmannstahl qui fut d’ailleurs un habitué des lieux. Il s’excuse presque d’interrompre votre lecture pour vous apporter votre café. C’est Vienne, c’est cela le goût de Vienne.

 

Lucie Héron

http://www.guidemidi.fr

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de robedebure
  • : carpe diem sans se ruiner! le blog d'une locavore pas radine, ouverte et curieuse de son environnement naturel et culturel
  • Contact

Recherche

Liens